Actus

La France, en retard en matière de cybersécurité

Sommaire

Sommaire

Abonne toi, la force tu trouveras

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.

salaire-cybersecurite-etudes-tech

Une récente étude menée par Terranova Security, a démontré qu’une grande partie de population française n’était pas correctement formée pour lutter contre les menaces virtuelles par rapport aux populations des autres grandes puissances mondiales. Pourquoi sommes-nous en retard sur cette problématique qui semble pourtant si préoccupante aujourd’hui ?

Télétravail : un facteur encourageant pour les cyberattaques ?

Terranova Security et l’institut de sondage IPSOS ont récemment publié une étude sur les enjeux de la formation en cybersécurité à travers cinq pays : la France, le Canada, l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni. Dans cette enquête, près de 4 000 personnes ont été interrogées sur leur expérience en matière de “culture virtuelle”. Le constat en sans appel, le Français semble davantage ignorer les risques encourus sur la toile en cas de mauvaise protection, en comparaison aux populations des pays cités précédemment. 

La récente crise sanitaire a forcé la population mondiale à développer une nouvelle façon de travailler depuis chez soi : le télétravail. Qui dit télétravail, dit forcément utilisation d’un appareil électronique connecté à un réseau internet. Cette pratique du home office s’est démocratisée à travers le monde… À l’exception de la France où près de 56% des sondés avouent ne jamais avoir travaillé à distance, tandis que cette pratique est davantage répandue dans les autres pays. Le travail en distanciel ne fait pas encore partie de la norme, comme il peut l’être en Australie, en Amérique du Nord ou au Royaume-Uni. « Les Français sont encore très attachés au travail en présentiel  », avoue Anselme Laubier, employé chez IPSOS.

Travailler à distance signifie souvent évoluer dans une environnement familier, où l’on ne pense pas pouvoir être touché par les dangers du monde virtuel. Une grave erreur, puisque depuis le début de la crise sanitaire, les attaques informatiques ont augmenté de 58%. La principale raison de cette croissance fulgurante réside dans le manque de formation des usagers.

25% des télétravailleurs français sont sensibilisés à la cybersécurité

Le sondage de Terranova Security rapporte que seulement 38% des personnes ayant adopté le travail en distanciel ont été sensibilisées, par le biais de leurs entreprises, aux dangers encourus sur le web. Un chiffre qui descend à 25% pour les employés français.

Lorsqu’une entreprise met en place une campagne de prévention, la moitié des employés disent l’avoir suivie. Pour ce qui est de la France, ils sont seulement au nombre de 29%. Un manque de considération qui rend le Français plus vulnérable, puisque 27% d’entre eux disent déjà avoir été confrontés à une arnaque, une intrusion sur internet, contre 14% au Royaume-Uni.

Se protéger efficacement des attaques informatiques

Si le Français semble légèrement à la traîne en matière de sensibilisation à la cybersécurité, cela réside notamment dans le manque de formation dans ce secteur. Bien que des écoles spécialisées voient le jour, il est primordial de connaître les premiers gestes afin de se protéger sur la toile, quel que soit son domaine d’activité. Voici quelques astuces pour réduire les risques d’attaques :
– Utiliser un gestionnaire de mots de passe ;
– Adopter une attitude vigilante à la réception de certains mails/sms ;
– Signaler les messages/mails suspects ;
– Ne jamais ouvrir les pièces jointes d’un mail dont tu ne connais pas la provenance ;
– Utiliser un antivirus complet ;
– Active l’authentification à deux facteurs lorsqu’elle est proposée.

Pour lutter efficacement contre tous ces dangers, la communication est primordiale. Échanger ses astuces, parler de ses expériences peut aider à endiguer, ou du moins limiter la propagation de ces phénomènes.

TAGS

Abonne toi, la force tu trouveras

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.