Actus

La Chine souhaite développer une industrie d’humains virtuels d’ici 2025

Sommaire

Sommaire

Abonne toi, la force tu trouveras

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.

Chine Industrie humaine virtuel 2025

Convaincue que les humains créés numériquement sont l’avenir de l’information, la Chine, et plus particulièrement le Bureau municipal de l’économie et de l’infotech de Pékin, souhaite créer une industrie d’humains virtuels pour remplacer les acteurs du divertissement d’ici 2025. Le coup de ce projet qui semble irréel ? 50 milliards de yuans, soit 7,5 milliards de dollars. Comment ? Grâce à l’utilisation du Web3. Études Tech t’explique en détails ce projet de marché d’humain virtuel.

La Chine veut développer des humains virtuels d’ici 2025

On pourrait croire au synopsis d’un film, et pourtant, la Chine a pour projet de lancer une industrie d’humains virtuels dans les trois prochaines années, soit en 2025. Le Bureau municipal de l’économie et de l’infotech de Pékin est au cœur de cette initiative et a pour ambition d’utiliser le Web3 pour relever ce défi. 

Tu te demandes sûrement quelle idée se cache derrière cette idée plutôt effrayante ? La Chine est convaincue que les humains virtuels sont l’avenir de l’information et du divertissement. Le Gouvernement chinois se laisse donc trois ans pour atteindre son objectif. 

Estimé à 50 milliards de yuans, soit 7,5 milliards de dollars, ce projet inclut la création de deux entreprises humaines qui devraient rapporter des revenus s’élevant à 5 milliards de yuans chacune, soit 740 millions de dollars. Dix autres entreprises devraient également voir le jour et compte rapporter 1 milliard de yuans chacune (148 millions de dollars), selon les chiffres rapportés par le Bureau municipal de l’économie et des technologies de l’information de Pékin, au South China Morning Post

 Un projet qui s’appuie sur le Web3 

Comme tu as pu le lire plus haut, la Chine ambitionne d’utiliser le Web3 pour arriver à ses fins, soit la troisième génération d’internet caractérisée par des services décentralisés basés sur la blockchain. Et si le gouvernement fédéral de Pékin ne s’est pas attardé sur les caractéristiques Web3 de cette future industrie d’humains virtuels, l’idée de créer des plateformes de trading basées sur la blockchain sur l’information humaine a été mentionnée. 

De leurs côtés, les autorités chinoises ont exprimé leur soutien à ce projet d’humains virtuels, si bien que le gouvernement fédéral de Pékin a annoncé vouloir répandre ces nouvelles technologies aux principaux sites touristiques de la capitale.

Humains virtuels : la Chine n’est pas à son coup d’essai 

On pourrait croire que l’arrivée des humains virtuels à la télé est une première. Eh bien accroche-toi bien, car le gouvernement chinois a d’ores et déjà réalisé une tentative. En effet, en 2018, une présentatrice entièrement virtuelle a fait son apparition sur la chaîne d’information chinoise Xinhua News. Investir dans la recherche et le développement des techniques de modélisation et des logiciels de rendu 3D fait également partie de ses projets en cours. 

Un risque potentiel d’un contrôle total de l’information

Qui dit intelligence artificielle (IA) dit aussi contrôle total de l’information. En effet, si la population chinoise est déjà confrontée à cette technologie dans la vie de tous les jours, le projet d’une industrie humaine virtuelle tend à généraliser le contrôle absolu de l’information proposé au grand public chinois. Selon les autorités chinoises, ces humains virtuels offrent l’avantage d’éviter tous sujets aux scandales et la controverse. 

En résumé, de gros moyens sont déployés en dépit de la liberté d’information des individus… Et toi ? L’idée de voir des humains virtuels à la télé te paraît être une idée farfelue, insolite ou carrément flippante ? Une chose est sûre, pour ce qui est de la France, on est loin de voir un humain virtuel à la place de Gilles Bouleau… 

TAGS

Abonne toi, la force tu trouveras

En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir la newsletter d’EtudesTech et je comprends que je peux me désabonner facilement à tout moment.